Non classé

Aujourd’hui, il est plus facile de trouver un client qu’un employeur. Moins ignorant qu’il n’y paraît, cette affirmation suffit à résumer la profonde et irréversible mutation actuelle du travail. D’un côté, les entreprises, en quête de flexibilité, souhaitent pouvoir faire appel à des renforts ponctuels, le temps d’un projet ou d’un pic d’activité ; de l’autre, les individus aspirent à de plus en plus d’autonomie dans leur vie professionnelle sans pour autant vouloir renoncer aux avantages d’une protection sociale collective.

Cette « flexisécurité », aux allures d’équation irréalisable, bénéficie depuis peu d’un outil supplémentaire : le portage salarial. Le portage salarial consiste à introduire entre l’entreprise et son prestataire indépendant un tiers-employeur de façon à convertir les honoraires de ce dernier en salaire. Désormais, le dispositif dispose d’un cadre juridique clair, qui en pose les limites et définit les obligations de chacun. Il exclut ainsi les services à la personne (encadrés par ailleurs) et les bas salaires (pour éviter une externalisation massive de la main d’œuvre peu qualifiée).

Hybride et innovant

Le portage salarial  est hybride car il allie l’indépendance de l’auto-entrepreneur et la sécurité du statut du salarié. Aussi, Innovant parce qu’il permet à des professionnels autonomes de créer ou d’exercer leur activité sans les contraintes et les risques de la création d’entreprise ou de statuts plus précaires comme l’auto-entrepreneur ou l’indépendant.

Une solution face au chômage

Si le porté est de diminuer les contraintes administratives liée à la création d’entreprise, il est également assuré d’être sécurisé lors de l’exécution de son projet puisqu’il bénéficie de la protection sociale qui est liée à son statut de salarié. Quant à l’entreprise-cliente, elle peut trouver des compétences dont elle ne dispose pas en interne en faisant intervenir un professionnel autonome, sans subir les contraintes liées à l’embauche.

C’est également une option pour les futurs retraités de finir leurs carrières à temps partiel. Le portage salarial touche majoritairement les 46-65 ans, qui représentent 46 % de l’ensemble des portés. Acteur d’émancipation professionnelle pour les femmes, il peut également jouer le rôle de catalyseur pour les jeunes qui recherchent un travail après l’obtention de leur diplôme.

En ce sens, le portage salarial apporte un nouveau souffle au monde travail, reposant sur des statu quo rigides qui ne fonctionnent plus dans cette ère de nouvelles technologies.

Pour tout renseignement ou information complémentaire n’hésitez pas à nous contacter !